Retour
GEREZ LA FIN DE L' ALTERNANCE

GEREZ LA FIN DE L' ALTERNANCE

Le contrat de votre alternant touche bientôt à sa fin ? Pour que l’expérience d’alternance reste un sans-faute, pour lui comme pour vous, voici quelques conseils.

Web Services Entreprise

L'Opcommerce est sur les réseaux sociaux !

Retrouvez nos infos, nos actus et bien plus encore

GEREZ LA FIN DE L' ALTERNANCE

Le contrat de votre alternant touche bientôt à sa fin ? Pour que l’expérience d’alternance reste un sans-faute, pour lui comme pour vous, voici quelques conseils.

1 Clôturez l'alternance : 5 étapes clés

1. Validez la progression et l’acquisition des compétences de votre alternant

Cela permet à votre alternant de valider ses acquis auprès de son CFA/OF et cela facilite la construction de son projet professionnel.

2. Définissez la suite : embauche, fin de contrat ou nouveau contrat en alternance ?

Si vous avez besoin de recruter sur des compétences proches de celles de votre alternant, c’est le bon moment pour vous poser la question d’une embauche (CDD/CDI). En effet, votre alternant est déjà au fait du fonctionnement de l’entreprise, a acquis une certaine connaissance du métier et du secteur d’activité. Il est également intégré dans l’équipe. Une véritable opportunité de faire grandir vos équipes et votre entreprise !

3. Terminez en beauté

Puisque votre alternant a passé plusieurs mois — voire parfois plusieurs années — au sein de votre entreprise, il est important de bien clore cette expérience commune.

4. Recommandez votre alternant pour l'aider à décrocher son 1er emploi

L’appréciation que vous laisserez sur votre alternant peut être déterminante pour lui permettre de décrocher son prochain emploi. Si l’alternance s’est bien déroulée, n’hésitez pas à le soutenir pour ses futures recherches professionnelles :

  • En ajoutant une recommandation sur les réseaux sociaux professionnels
  • En rédigeant une lettre de recommandation

Cela représente quelques minutes pour vous, mais peut vraiment changer les choses pour votre alternant.

5. Entretenez le lien

Qui sait ce que l’avenir vous réserve ? Un besoin de compétences, un futur partenariat, un besoin de prestation de services : quoi qu’il en soit, gardez le lien avec votre alternant.

2 Capitalisez sur l'alternance en tant qu'entreprise

Travaillez votre marque employeur

Vous le savez, l’évaluation fonctionne dans les deux sens ! Alors si vous souhaitez travailler votre marque employeur, et par conséquent votre attractivité, vous pouvez également demander à votre alternant de participer à votre réputation.

  • En laissant des notes sur les sites spécifiques (ex : Indeed)
  • En laissant des commentaires sur les réseaux sociaux professionnels
  • En participant à la production de contenus témoignages (citation, interview vidéo...) que vous pourrez utiliser sur vos supports de communication

Entretenez le lien avec les écoles

Entretenir de bonnes relations et un suivi régulier avec le CFA/OF facilite le recrutement de futurs alternants et participe à la bonne image de votre entreprise.

  • Identifiez votre interlocuteur privilégié
  • Tenez-le informé du bilan de l’alternance et de vos potentiels besoins
  • Faites-lui passer vos annonces de recrutement en alternance
  • Participez aux événements organisés par le CFA/OF autour de l’alternance

3 Gérez la partie administrative

A la fin du contrat d'alternance, l'alternant reçoit les mêmes documents qu'un salarié en fin de contrat (CDD ou CDI). En effet, en tant qu'employeur, vous devez lui remettre les documents suivants : 

  • Certificat de travail 
  • Attestation Pôle Emploi
  • Solde de tout compte

Que faire en cas de rupture anticipée ?

1. Rupture du contrat d'apprentissage

Le contrat d’apprentissage peut être rompu selon différentes modalités dans les 45 premiers jours, correspondant à la période d'essai effectuée par l’apprenti.

Au-delà des 45 jours, le contrat peut être rompu en cas de :

  • Force majeure, c’est-à-dire de survenance d’un évènement totalement imprévisible au moment de la signature du contrat, et rendant la poursuite du contrat impossible (exemples : incendie, inondation…)
  • Accord de l’apprenti et de l’employeur
  • Démission de l’apprenti. Dans ce cas, il doit respecter une procédure particulière : il doit saisir un médiateur et respecter un préavis de deux mois
  • Liquidation judiciaire sans maintien de l’activité
  • Faute grave de l’apprenti. Exemple : refus de suivre la formation, violence, harcèlement, retards systématiques au travail…
  • Inaptitude de l’apprenti constatée par le médecin du travail
  • Décès du maître d’apprentissage, lorsqu’il s’agit d’une société unipersonnelle
  • Exclusion définitive du CFA qui constitue une cause réelle et sérieuse de licenciement
  • Obtention du diplôme préparé par l'apprenti
  • Décision administrative 

2. Rupture du contrat de professionnalisation

Si le contrat est un CDD, il ne peut en théorie pas être rompu, sauf dans les cas suivants :

  • Pendant la période d’essai, à l’initiative de l’employeur ou de l'alternant
  • Par un accord entre l’employeur et l'alternant
  • Au motif d’une embauche en CDI
  • En cas de force majeure. Exemples : la survenance d’une catastrophe naturelle, d’un sinistre -incendie, inondation- rendant impossible la poursuite du contrat
  • En cas de faute grave du salarié. Exemples : retards répétés au travail, absences au cours, comportements déplacés ou violents…

Si le contrat est un CDI, il peut être rompu dans les mêmes conditions qu’un CDI classique :

  • Pendant la période d’essai, à l’initiative de l’employeur ou de l'alternant
  • A l’initiative de l’employeur, pour licenciement économique, licenciement pour motif personnel ou force majeure
  • D’un commun accord : l’employeur et l'alternant s’entendent sur les modalités d’une rupture conventionnelle
  • A l’initiative du salarié, lequel peut poser sa démission
  • Par l’intervention du juge. Le Conseil des Prud’hommes peut prononcer la résiliation judiciaire du contrat au profit du salarié qui estime que l’employeur manque gravement à ses obligations. En cas de succès, la résiliation produit les mêmes effets qu’un licenciement sans cause réelle et sérieuse. En cas d’échec, le salarié continue à travailler dans l’entreprise aux conditions prévues.

Note spéciale COVID-19

Vos alternants sont considérés comme des salariés à part entière, sans aucune distinction de contrat. Ainsi, au même titre que vos autres salariés, ils sont éligibles :

  • Au chômage partiel, si la situation de votre entreprise le nécessite
  • Au télétravail, si l’alternant peut exercer ses fonctions à distance

Aucune raison donc, de mettre fin au contrat de votre alternant. 

Documents utiles