Etude

Etude

Panorama de l’alternance dans les entreprises du commerce

700 entreprises, 800 alternants et plus de 100 centres de formation interrogés… A la demande de 18 branches professionnelles du commerce*, l’Observatoire prospectif du Commerce a confié au cabinet Kyu la réalisation d’une étude visant à identifier les pratiques et les conditions de développement de l’alternance dans les entreprises du commerce.

Réalisée entre janvier et juin 2021**, cette étude fait ressortir deux points essentiels.


 1) L’alternance est une réussite globale pour les branches du commerce

Une perception positive pour les entreprises, les alternants et les centres de formation

99 % des alternants ont une bonne image de l’alternance dans le secteur du commerce. Les formations en alternance ont un taux d’occupation satisfaisant et les centres de formation sont suffisamment optimistes sur l’avenir pour envisager d’ouvrir de nouvelles formations en alternance.

Un bon levier d’insertion

L’alternance représente un bon levier d’insertion à tous les niveaux de diplômes et permet aux entreprises de se constituer un vivier sur des métiers en tension. En chiffres, ce sont 8 alternants sur 10 qui ont trouvé un premier poste en moins de 3 mois et 64 % des entreprises qui recrutent au moins régulièrement leurs alternants.


2) L’alternance, vu comme utile et efficace, est essentiellement guidée par un grand pragmatisme

Un dispositif qui a résisté à la crise sanitaire

Les aides exceptionnelles de l’Etat, ainsi que le faible coût des contrats ont permis le maintien des postes, voire des recrutements supplémentaires pour 6 % des entreprises interrogées. Ces aides exceptionnelles ont ainsi largement contribué au fort développement de l’alternance en 2020.

Un dispositif concret, apprécié des alternants et des entreprises

Le côté opérationnel séduit un profil de jeunes plus attirés par l’action ou désireux de s’insérer rapidement dans le monde du travail. 56 % des alternants choisissent une formation en alternance pour la possibilité de suivre une formation concrète et pratique. La rémunération est le premier levier du choix de ce dispositif pour 80 % des alternants.

L’étude propose des résultats branche par branche et des pistes d’action pour développer l’alternance sur des emplois clés. L’ensemble de ces données est disponible dans le rapport détaillé téléchargeable ci-dessous.

 

*Bricolage ; Commerce à distance ; Commerce à prédominance alimentaire (détail et gros) ; Commerce de détail de l’horlogerie-bijouterie ; Commerce de détail des fruits et légumes ; épicerie ; produits laitiers ; Commerce succursaliste de l’habillement ; Commerce succursaliste de la chaussure ; Commerces de Détail Non Alimentaires ; Commerces et services de l'audiovisuel ; de l'électronique et de l'équipement ménager ; Coopératives de consommateurs ; Entreprises de distribution, importation, exportation en chaussures, jouets, textiles et mercerie ; Entreprises de la filière Sports-Loisirs ; Grands magasins et Magasins populaires ; Import-Export ; Jardineries et graineteries ; Négoce de l'ameublement ; Optique-lunetterie de détail ; Papeterie et fournitures informatiques.

 

**Etude conduite en deux temps : une première phase quantitative avec 1 600 personnes interrogées via un questionnaire en ligne et une deuxième phase qualitative avec une trentaine d’entretiens d’approfondissement afin d’améliorer le recours à l’alternance sur des emplois clés.

 

En savoir +

> Rapport détaillé étude Alternance

> Infographie étude Alternance

> Synthèse étude Alternance

Partager l'actualité sur :

Retour aux actualités